Liens

CR CM 2020 10

Bref compte rendu du Conseil municipal du 8 octobre 2020
L’ordre du jour préparé par Mme le maire comportait 18 points et a été entièrement rempli en trois-quarts
d’heure. C’est dire l’indigence de la discussion, uniquement suscitée par mes questions.
Le maire nous a informés de la démission de Mme Parant (liste Fabre) pour raisons de santé. Sa
remplaçante n’est pas encore identifiée. Christine Pujol était absente pour raison de santé et m’avait donné
procuration.
Un point supplémentaire a été soumis d’entrée au vote du Conseil, concernant une subvention
exceptionnelle de 5.000 € destinée à venir en aide aux sinistrés du Var, approuvée à l’unanimité.
Les autres points, adoptés à l’unanimité sauf indication contraire, ont concerné :

  1. La désignation des représentants de la ville à l’AG de l’agence technique départementale Hérault
    Ingénierie : titulaire Patrick Burté.
  2. La désignation d’un représentant au sein du collège public du GAL Grand Pic Saint-Loup : Éric
    Stephany.
  3. La décision modificative n°1 au budget 2020, destinée à injecter 50.000 € dans une opération de
    « cash back » (ristourne ?) en soutien au pouvoir d’achat des consommateurs. Aucun détail n’a été
    fourni sur les modalités, les participants commerciaux, et les bénéficiaires de cette initiative,
    justement critiquée par Guillaume Fabre qui s’est abstenu, et nous aussi.
  4. Admission en non-valeur de titres de recettes : il s’agit d’une somme de 2.664.37 € annulée dans
    les comptes de la ville, du fait de l’insolvabilité du débiteur.
  5. Attribution d’une subvention de 600 € à l’association « Tiens on sonne ».
  6. Gratuité au prorata temporis de la redevance d’occupation du domaine public par les planimètres.
    En claire, il s’agissait de rembourser 2.500 € environ à Clear Channel, la multinationale qui fournit,
    maintient et exploite les panneaux publicitaires de la ville et a atrocement souffert du confinement.
    Nous seuls avons voté CONTRE.
  7. Communauté de communes : Redevance spéciale de collecte des déchets des écoles élémentaires
    du Patus et de Valène : reconduction pour 3 ans d’une convention.
  8. Multi-accueil collectif et familial « Les Lutins » – Modification du règlement de fonctionnement. En
    clair, il s’agissait de prendre acte du non-remplacement d’une assistante maternelle partie à la
    retraite en août accompagné de la réduction correspondante de trois unités du nombre de places
    offertes à la crèche des Lutins. Nous avons demandé des explications sur ce non-remplacement
    (réponse du maire : « Il n’y a pas eu de candidates, elles gagnent plus en travaillant en
    indépendantes ! »). Nous seuls avons voté CONTRE.
  9. Convention de servitude de passage au profit de Bouygues Télécom : raccordement en fibre
    optique de ses antennes sur le relais TDF au lieu-dit Le Calvaire.
  10. Convention avec Hérault Énergies pour l’installation d’une borne de recharge pour 2 voitures
    électriques : Nous avons observé qu’il n’y aucun retour pour la commune, menacée de pénalités si
    la convention avec Hérault Energies n’était pas signée dans les prochains jours, et nous nous
    sommes indignés des termes léonins de cette convention. Patrick Burté a admis que le texte
    pouvait surprendre, mais qu’il était usuel dans ce genre de conventions. Nous nous sommes
    abstenus, car il est bien que davantage de bornes soient disponibles.
  11. Convention avec Hérault Énergies pour bénéficier gratuitement du programme ACTEE, qui permet
    de réaliser une stratégie énergétique globale pour le patrimoine bâti municipal, afin de proposer
    des solutions concrètes et définir des projets prioritaires en matière d’énergie.
  12. Convention avec la CESML pour l’alimentation de deux parcelles rue des Chanterelles.
  13. Avis sur l’installation mobile de broyage-concassage (sur le tracé du LIEN en lisière du sud de la
    commune) – voir point suivant.
  14. Avis sur une installation de stockage de déchets inertes (au nord de la commune) : nous avons
    interrogé Patrick Burté sur les nuisances éventuelles (sonores, poussières), et regretté l’information
    tardive sur cette affaire pour laquelle la consultation de la population est close depuis le 2 octobre !
  15. Agrandissement (de 1800 à 5000 m²) de la déchetterie du Rouergas : consultation de la population
    du 19 octobre au 13 novembre, qu’on se le dise !
  16. Doublement de la fréquence de la navette gratuite et extension du public concerné « aux
    administrés présentant une incapacité temporaire de se déplacer » (auparavant seuls les plus de 75
    ans et les « seniors présentant une incapacité temporaire de se déplacer » y avaient droit un jeudi
    sur deux, maintenant tous les jeudis) : nous avons pris acte de ce progrès encore limité, demandé
    des précisions sur la statistique de fréquentation de la navette (réponse du maire : « une ou deux
    personnes seulement »). Nous avons donc encouragé le Conseil à aller plus loin en abaissant l’âge et
    en augmentant la fréquence.
  17. Salon de l’Artisanat – nouvelle tarification des droits de place et des modalités de remboursement.
  18. Informations sur les décision prises par délégation du Conseil municipal.
    Les véritables points saillants de ce Conseil ne figuraient pas à l’ordre du jour, mais ont surtout tenu aux
    interventions du conseiller représentant de la liste « Décidons notre ville », qui ont suscité des réactions
    vives du maire, de ses adjoints et d’autres conseillers de la majorité :
    • Festival : j’ai présenté une proposition de mise en place d’un groupe de travail chargé de préparer
    un projet de Festival des sciences de la Terre et du climat. Le texte avait bien été distribué par
    avance, pour une fois, aux membres du Conseil. Cela m’a permis de préciser que tout était ouvert à
    discussion et que l’engagement du Conseil se bornait à examiner le rapport du groupe de travail
    dans un an. Cela n’a pas empêché Mme le maire de s’opposer vigoureusement à cette proposition
    avec des arguments d’une mauvaise foi totale. Mais tout en refusant que le Conseil se prononce –
    et pour cause, il semble que certain.e.s membres de sa majorité étaient plutôt favorables au projet
    et sensible à l’idée que la tenue d’un tel événement serait un bon point pour la réputation et le
    rayonnement de la ville –, elle a proposé de faire part du projet au Conseil Communautaire et s’est
    engagée à le présenter au vice-président environnement, acceptant même que je lui fournisse un
    descriptif.
    • Règlement intérieur : j’ai fait remarquer que le texte amendé adopté en juillet ne nous avait jamais
    été remis1
    . Dans ces conditions, ne pas nous avoir alerté sur la date limite du 10 août pour la
    tribune du numéro de septembre de Dialog’ était discourtois, inélégant, et n’était pas une preuve
    de bienveillance. Philippe Leclant m’a alors interrompu en me reprochant de les avoir
    implicitement traités de « demeurés, dépourvus d’idées, etc. » dans le texte paru dans le numéro
    d’octobre. Il a pris à témoin Jean-Marie – qui ne pouvait pas lui répondre – en disant qu’au moins
    lui était courtois ! J’ai répondu que le vrai problème était l’absence totale de discussion au sein du
    Conseil. Cela a déclenché un certain tumulte, tout le monde s’est mis à parler en même temps. Au
    total, l’incident a eu pour effet d’obliger les conseillers à sortir de leur mutisme.
    Encore merci à toutes celles et tous ceux qui sont venus pour nous soutenir. Leur présence nombreuse a
    témoigné de la vitalité de notre liste !
    Il y aura encore une réunion du Conseil au mois de décembre : venez encore plus nombreux, si le temps le
    permet, qu’on soit obligé de refuser du monde, ce qui permettra de remettre sur la table la question de
    l’enregistrement et de la transmission des séances.
    1
    Fabre a renchéri en disant que tant qu’il ne nous avait pas été distribué, il n’était pas en vigueur, et il a protesté
    contre le fait que les comptes rendus n’aient pas été soumis au vote du Conseil.