Handicaps : pour une commune inclusive

  • Travailler en partenariat avec les associations et les organismes spécialisés dans le domaine du handicap pour adapter l’offre culturelle et sportive.
  • Poursuivre la réflexion avec l’Éducation Nationale pour l’intégration progressive des enfants handicapés dans le processus scolaire ouvert. (formation des ATSEM, locaux, matériel et outils informatiques adaptés)
  • Associer les personnes handicapées à toutes les réflexions et réalisations municipales.
  • Faciliter la mobilité, la circulation et l’accès à la culture pour les personnes handicapées (une réflexion particulière doit être faite pour les habitant-e-s malvoyant-e-s et malentendant-e-s)

Créer une Commission Communale d’Accessibilité

Ce sera une instance de bilan, de concertation et d’échanges composée de représentants de la commune, de membres d’associations ou d’organismes représentant les personnes handicapées (APAJH…) pour tous les types de handicap, notamment physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique, de membres d’associations ou d’organismes représentant les personnes âgées, de représentants des acteurs économiques, de représentants d’autres usagers de la ville et plus largement le public saint-gillois.

Elle aura pour rôle de :

  • dresser chaque année le constat de l’état d’accessibilité du cadre bâti existant, de la voirie, des espaces publics et des transports,
  • établir un rapport annuel comprenant l’état des lieux de l’accessibilité et des propositions d’améliorations,
  • faire toutes propositions utiles de nature à améliorer la mise en accessibilité de l’existant,
  • organiser un système de recensement de l’offre de logements accessibles aux personnes handicapées, et aux personnes âgées,
  • donner un avis sur les réflexions et actions promouvant l’accès des personnes handicapées, dans les champs de compétence de la ville, comme l’emploi des personnes en situation de handicap dans la collectivité, et la scolarisation des enfants en situation de handicap.
  • atteindre et garantir les 6% d’emploi de personnes en situation de handicap, pour la commune et les entreprises, comme l’exige la loi.